KV55

 Akhenaton

 

- 1355 à - 1337

 

Le pharaon d'un seul dieu 

 

Akhenaton, avant d’être connu sous ce nom, régna sous celui 

 d’Amenophis IV. Fils d’Amenophis III, il descendait de la grande

lignée des pharaons de la XVIIIe dynastie. Vers 1370 avant JC, à

l’âge de 15 ans, il devient pharaon pour un court  règne de 18 ans.

Il est le seul fils d’Aménophis III et de Tiy. Il se fait couronner

sous le nom d’Aménophis IV " Celui qui satisfait Amon ".

Par amour, il en fit sa Grande épouse royale, c’est à dire sa reine,

alors que son harem était rempli de princesses venues des

puissants royaumes voisins d’Asie : Mitanni, Babylone ou encore

Arzawa. Aménophis, surnommé « le Magnifique » fut un des grands

rois constructeurs puisqu’on lui doit la plus grande partie du temple

de Louxor, d’importants travaux au temple de Karnak et l’érection du

grand temple funéraire qui ne vit jamais le jour mais qui laissa les

fameux colosses de Memnon. Cependant, le début du règne est déjà

très innovant. Un grand complexe cultuel est construit à l'Est de

Karnak, dédié non pas à Amon-Rê mais à une nouvelle forme du

dieu solaire : « Le vivant, Rê-Horakhty qui jubile dans l'horizon en

son nom de Shou qui est à l'intérieur d'Aton ».

Jusqu’en l’An 4 de son règne, le nouveau pharaon, tout en promouvant

le culte d’Aton (le disque solaire), continuait d'honorer les autres dieux.

Peut-être lassé de la suprématie du clergé d’Amon qui était tout

puissant, il impose Aton comme seul dieu, fait détruire, en les martelant,

les noms et les images d’Amon. Il quitte Thèbes, capitale de l’Empire

et siège du Temple d’Amon : Karnak..

Il devient Akhenaton " Celui qui est bénéfique pour Aton ".

La rupture définitive intervient entre l'an 4 et l'an 6.

Amenhotep IV change son nom en Akhénaton (l'efficience d'Aton)

et décide la création d'une nouvelle capitale dans un lieu vierge de

Moyenne Egypte à 320 km plus au nord : Akhet-aton "l'horizon d'Aton"

 

appelée maintenant Tell Amarna.  Une nouvelle religion pour un dieu vivant.

Il donne l'essor à un nouvel art "Armanien", moins rigide, et surtout

  moins conventionnel que par le passé. Les formes sont plus réalistes,

pouvant aller jusqu’à la caricature. Les crânes s’allongent

anormalement vers l’arrière, la poitrine se rétrécit, le ventre

ballonne au-dessus du pagne.

vue (20)

3 votes. Moyenne 1.67 sur 5.

Commentaires (1)

1. Danielle 04/08/2011

un bon tour de la question, amis ne manque t-il pas une ligne avant "Il en fit sa grande épouse royale" ? Le nom de Nefertiti n'a pas été annoncé me semble-t-il...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×