Le jugement des morts

Le tribunal divin siège dans la "Salle des Deux Justices", où l'ici-bas et l'au-delà
se touchent et où se trouve une grande balance. Le coeur du mort est placé
sur un plateau de la balance sous la surveillance d'Anubis et de Thot, le
dieu-scribe. Pour les Egyptiens, le coeur est le centre réel de la personnalité,
siège de la raison, de la volonté et de la conscience morale. Sur l'autre plateau
se trouve une plume, symbole de Maât, l'ordre divin. Si les deux plateaux
s'équilibent, le défunt est acquitté.

Livre des Morts

La vie terrestre du défunt est donc mesurée ici à l'idéal de justice divine, et bien
rares sont ceux qui sont à la hauteur d'un tel jugement craint de tous, car à
côté de la balance se tient la "Grande Dévorante", un monstre hybride de
crocodile, panthère et hippopotame, prête à dévorer le défunt si son coeur
s'avère trop lourd. Ce serait le pire des châtimentts imaginables,
l'anéantissement absolu, la mort ultime sans espoir de résurrection. Mais les
Egyptiens sont avisés, et ils ont pris leurs précautions de leur vivant.

Ah Néferkarê,
tu ne peux donc partir mort
puisque tu es parti vivant (...)
Ton bras est comme celui d'Atoum,
tes deux épaules sont comme celles d'Atoum,
ton ventre est comme celui d'Atoum,
ton dos est comme celui d'Atoum,
ta poitrine est comme celle d'Atoum,
tes deux jambes sont comme celles d'Atoum,
et ton visage est comme celui d'Anubis (...)

       (Textes des Pyramides - Pépi II -
         Chap. 213, 134a, 135a-135b)


Entre les jambes de nombreuses momies, enveloppés dans les bandelettes de lin,

des rouleaux de papyrus contenant des formules et des images servent de guide
pour voyager dans l'empire des morts. A l'origine, dans l'Ancien Empire, elles
étaient gravées sur les murs des chambres funéraires secrètes des pyramides, à
l'usage exclusif des pharaons. Ces Textes des Pyramides font partie des plus
anciens textes théologiques connus. Un certain "processus de démocratisation",
du moins en ce qui concerne l'existence post portem, permit plus tard aux
fonctionnaires et aux prêtres prospères d'emmener avec eux ces instructions dans
l'empire des morts. Les invovations aidant le défunt étaient inscrites sur les
cercueils et plus tard sur des papyrus. On pouvait acheter ce Livre des Morts tout
prêt, il suffisait d'y insérer le nom du propriétaire. Il coûtait autant que deux
vaches, un esclave ou six mois de salaire d'un ouvrier, restant donc inabordable 
aux classes sociales inférieures.

Ce guide à l'usage de l'au-delà - il aurait été rédigé par Thot, le dieu de la Sagesse,
lui-même - ne nomme pas seulement les périls qui guettent le voyageur dans l'autre
monde, il contient aussi des recettes magiques pour les atténuer, soit environ deux
cents formules qui, prononcées au bon moment, tireront le voyageur des mauvais pas.
Celle-ci, par exemple, la cent vingt-cinquième, à réciter lors de la parution devant
le tribunal des morts et la pesée du coeur, commence ainsi "Je n'ai pas commis
d'iniquité contre les hommes"
, et poursuit "je n'ai pas maltraité les animaux" et
"je n'ai pas retenu les eaux d'inondation". Cela ne correspond pas nécessairement
à la vérité, et doit même souvent empêcher que celle-ci apparaise toute nue.
En fait, le texte est une conjuration : enchantés par les formules et les images
magiques du papyrus, les plateaux de la balance s'équilibrent et les juges annoncent  
que le défunt est en harmonie avec l'ordre divin : "Il est juste.
La Dévorante n'aura pas de droit sur lui !"  

3 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Commentaires (2)

1. Pandawa 26/11/2015

Ce n'est pas correct, la dévorante n'est que la représentation des instincts animaux de l'homme destitué de son Coeur, si le Coeur n'est pas assez léger, le défunt obtient un autre corps donné à la surveillance du Pharaon, pour s'améliorer. Les Egyptiens étaient foncièrement pacifistes, et il croyait à la doctrine spirite. La doctrine Spirite qui c'est conservé jusqu'à aujourd'hui (lire le livre des esprits d'Allan Kardec), ne parle jamais "d'anéantissement absolu". La doctrine Spirite (comme chez les Védiques et basé sur l'équilibre et la poursuite de la perfection.

2. SANCHEZ 30/05/2012

Félicitations! Il n'est pas facile de décrire le "livre des morts" et particulièrement le papyrus en photo ci-dessus.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site